L’essentiel en bref

  • Eviter le trafic, le transférer et le rendre supportable, telle est la politique des transports des Vert·e·s.
  • Une mobilité d’avenir doit être supportable pour l’environnement, le climat et la population.
  • Pour les Vert·e·s, encourager les transports publics (TP) et le vélo est prioritaire !
  • Nous souhaitons réduire le trafic motorisé aérien et routier, car il émet d’énormes quantités de gaz à effet de serre.

Lors de l’assemblée générale du 30 juin 2021, les Vert-e-s ont adopté une résolution sur l’électromobilité à découvrir ICI. Si l’abandon de la voiture thermique constitue une solution efficace pour réduire la pollution atmosphérique, la mobilité électrique ne résoudra pas le problème de l’emprise de la voiture en ville ! L’objectif des Vert-e-s est dès lors de diminuer drastiquement le parc automobile avant de l’électrifier.

Découvrez ci-dessous la partie du programme des Vert·e·s genevois·e·s dédiée à la mobilité

Pour appliquer la Loi sur la Mobilité douce de 2011

  • Réaliser les aménagements cyclables permettant de former un réseau complet et sécurisé à l’intérieur du canton, avec les régions voisines
  • Créer des stationnements pour vélos,sécurisés et abrités, en nombre suffisant aux principaux arrêts de transports publics et aux abords des lieux d’activités
  • Réaménager les traversées piétonnes problématiques afin de les rendre plus sûres, en particulier pour les personnes âgées et à mobilité réduite
  • Élargir les trottoirs partout où cela est nécessaire afin que les déplacements piétons deviennent plus sûrs et agréables
  • Favoriser la création de cheminements piétonniers, notamment lors de l’adoption de nouveaux PLQ (plan localisé de quartier)
  • Réduire l’emprise du stationnement sur le domaine public
  • Aménager des espaces publics de qualité et créer de véritables places publiques

Pour appliquer intelligemment la Loi pour une Mobilité cohérente et équilibrée de 2016

  • Donner clairement la priorité à la mobilité douce et aux transports publics dans les zones urbaines 1 et 2 (centre)
  • Redéfinir les limites de ces zones sur la rive droite en cohérence avec la réalité urbaine
  • Appliquer dans ces zones une politique de stationnement des transports individuels motorisés compatible avec les objectifs de reconquête des espaces publics
  • Réduire la vitesse des voitures pour améliorer la sécurité de la mobilité douce et le confort des riverain-e-s

Pour développer la desserte des transports publics sur l’ensemble du territoire en veillant à la cohérence entre TPG et Léman Express

  • Développer un réseau RER complet sur le Grand Genève
  • Accorder la priorité aux transports publics aux carrefours
  • Garantir la qualité des prestations des transports publics, ainsi que la sécurité et le confort des usagers-ères et du personnel

Pour optimiser la desserte en transport public des zones industrielles

  • Développer de manière prioritaire le rail pour la desserte des zones industrielles
  • Favoriser les circuits courts et développer les synergies dans le transport des marchandises des entreprises du Grand Genève

Pour mettre un frein à la boulimie routière

  • Pacifier les villages autrement que par de nouveaux contournements (zones 30 et autres mesures), visant à réduire concrètement le nombre de voitures
  • Refuser tout grand investissement routier aberrant au vu de la saturation du trafic à Genève (traversée du lac ou nouvelles pénétrantes routières)
  • Réaliser des parkings relais à l’entrée de l’agglomération genevoise conjointement au renforcement de tous les modes de transport public, du co-voiturage tout en faisant la promotion du télétravail