Portrait

Historienne et avocate au barreau, Fabienne Fischer a enseigné les sciences humaines de 1987 à 2003 au Collège Rousseau, avant d’entreprendre des études de droit. Associée d’une étude genevoise, elle a développé son activité notamment en droit administratif, du travail, en droit de la famille et dans le règlement amiable des litiges.

Active depuis ses années de collège dans les milieux associatifs et politiques genevois, membre des Vert·e·s depuis 2007, elle est aujourd’hui membre du bureau cantonal et coprésidente des Vert·e·s de Lancy.

Elle est membre du Conseil d’administration de l’Hospice général, où elle préside le comité immobilier, et a été membre de 2012 à 2018 du Conseil d’administration de l’Aéroport de Genève, où elle a questionné systématiquement les objectifs d’accroissement effréné du trafic que subissent tout particulièrement les riverain·e·s.

Changeons de cap. Maintenant.

Chères Genevoises, chers Genevois,

Élue au Conseil d’État, je mettrai toute mon énergie et mon expérience pour que Genève puisse sortir au plus vite de la crise sanitaire, économique et sociale qu’elle traverse, tout en créant de l’emploi dans les secteurs favorables au climat.

La crise nous touche toutes et tous, d’une façon ou d’une autre. Pour certain·e·s, la perte de revenus est synonyme de privations, alors que d’autres sont menacé·e·s par une précarisation dramatique. Le semi-confinement renforce l’isolement et bride nos élans de solidarité, pourtant essentiels. La fermeture des lieux de culture et de loisirs, au coeur de notre convivialité, étouffe la vie sociale. C’est pourquoi nous devons tout entreprendre pour sortir au plus vite de cette crise. Ensemble!

Pour faire face à l’urgence, nous devons immédiatement garantir les revenus de toutes les personnes et de toutes les entreprises touchées par les mesures d’interdiction d’activité. Nous devons soutenir toutes celles et tous ceux qui ont perdu leur emploi, salarié·e·s ou indépendant·e·s, artistes ou personnel de maison, petit·e·s patron·ne·s qui ont dû fermer leur entreprise

Contre les inégalités, investissons pour le climat

Les crises accentuent les inégalités, la crise climatique n’y fait pas exception. Répondre à la crise climatique, c’est également lutter contre les inégalités.
Investir massivement à Genève se révèlera très rentable à moyen terme; pour diminuer la pollution et les émissions de CO₂, préserver la biodiversité, rendre nos quartiers et nos campagnes plus agréables à vivre, mieux entourer et accompagner nos enfants, nos jeunes et nos aîné·e·s ou améliorer la formation. Il nous faut donc créer des emplois locaux – et non délocalisables – tournés vers l’avenir, pour les générations actuelles et celles de demain. Cette dette-là sera vertueuse, car elle sera porteuse de prospérité.

C’est maintenant que nous devons engager d’ambitieuses réformes pour soutenir les entreprises qui investissent pour le climat, pour offrir un revenu digne à chacun·e et s’assurer, surtout, de ne laisser personne au bord du chemin.

Relever ensemble le défi

Je suis convaincue que ce programme pragmatique et concret est réalisable rapidement, si nous nous y engageons résolument ensemble. J’y travaillerai au sein du Conseil d’État, avec l’administration, avec les entrepreneur·euse·s et les indépendant·e·s, avec les syndicats et le monde associatif, avec les Genevois·e·s. Merci de votre confiance!

Vidéo de présentation de Fabienne Fischer