Marjorie de Chastonay

Question écrite déposée par Marjorie de Chastonay en novembre 2020

Texte complet : Q 3847

Exposé de la question: 

En 2007, l’IN 125 (ci-joint, rapport C) a été approuvée massivement par le peuple genevois en
réponse à une carence dans les effectifs des EMS du canton de Genève. En
effet, la quantité des effectifs nécessaires sont calculés par un outil, PLAISIR,
qui oscille en moyenne autour de 85% du personnel requis.

Or, sachant que les règles fixées par la LAMal auraient pu modérer
certains arguments de l’initiative, les problématiques concernant le manque
de personnel, le surmenage et les absences perlées persistent.

Aujourd’hui, Genève est une des régions les plus touchées par le
Covid-19 dans toute l’Europe selon les dernières estimations de l’OMS.
Alors que, dans le même temps, des directions d’EMS se plaignent du
manque de personnel malade du Covid-19 ou en quarantaine.

Mes questions sont les suivantes :

  • Quel est le niveau d’absentéisme dans chaque EMS durant les
    36 derniers mois ?
  • Quel est le taux de couverture selon l’outil PLAISIR pour chaque EMS
    durant les 36 derniers mois ?
  • Vous mentionnez le fait de ne plus vouloir utiliser l’outil PLAISIR
    depuis plusieurs années et que votre objectif est de l’abandonner pour
    fin 2021. Quelles sont vos projections en besoin de personnel dans les
    EMS pour les 3 prochaines années ?
  • Dans l’annexe au rapport du bilan social de l’Etat et des institutions
    autonomes des 5 dernières années, le nombre de démissions et de
    licenciements dans les EMS est bien au-dessus de la majorité des entités appartenant au grand Etat. Comment interprétez-vous ces chiffres et
    quelles sont les mesures concrètes que vous allez prendre face à ce
    phénomène ?
  • En réponse à la QUE 1064, vous avez affirmé que le système RAI avait
    été testé dans 3 EMS et ce jusqu’à fin 2019. Est-ce que ce test a été
    concluant et est-ce que l’impact des coûts a été maîtrisé comme
    mentionné dans votre réponse QUE 1064 A ?