Communiqué de presse des Verts et des Socialistes
 
Le Conseil d’Etat a déposé hier son projet de réforme sur l’imposition des
entreprises (RIE III). Le Parti socialiste et les Verts rappellent que cette réforme doit
être équilibrée et bénéficier à toutes et tous et non aux seules grandes entreprises.
En dépit des baisses de recettes fiscales prévues, il est indispensable d’offrir la
garantie à la population que les prestations publiques ne seront pas affectées par
cette réforme. Par conséquent, l’attitude irresponsable du PLR qui propose de
couper 81 millions CHF dans les charges de l’Etat – principalement dans la formation
– démontre clairement que ce parti ne cherche pas un large consensus sur la
réforme. Cela démontre également qu’il n’a pas saisi les enjeux pour notre canton et
la nécessité de rassurer nos habitant-e-s à la veille d’une telle réforme.
 
Le projet de réforme de l’imposition des entreprises présenté par le Conseil d’Etat apparaît
encore déséquilibrée et les garanties budgétaires sont encore bien trop faibles pour
compenser les pertes fiscales. Le maintien des prestations publiques reste la priorité des
Socialistes et des Verts dans le cadre de cette réforme, il est donc indispensable que cette
dimension soit intégrée dans tous les futurs budgets, à compter de 2017, car ce n’est pas
à la population de supporter le poids de RIE III.
 
A la surprise générale, le PLR a annoncé en début de semaine qu’il exigeait 81 millions de
coupes dans le projet de budget cantonal 2017, ce qui va considérablement détériorer le
projet de budget renvoyé en commission. Encore une fois, le PLR s’en prend
principalement à la formation qui risque de voir ses effectifs diminués et d’amener à une
augmentation du nombre d’élèves par classe. Le PLR joue les pyromanes en affirmant
qu’il refusera d’entrer en matière sur un budget déficitaire bien qu’il s’agisse d’un projet
proposé par le Conseil d’Etat, composé à majorité de magistrats de l’Entente.
 
En agissant de la sorte, le PLR mine toute chance d’arriver à une négociation concertée
entre les différents groupes parlementaires. Cette attitude « jusqu’auboutiste » est
inquiétante à l’heure où une grande partie de la population souffre et n’arrive pas à
« joindre les deux bouts ». Le PLR devra changer de discours, faute de se retrouver seul à
porter la réforme.
 
Pour plus d’informations :
• Carole-Anne Kast, Présidente (079 310 48 90)
• Nicolas Walder, Président (079 550 05 13)
• Romain de Sainte Marie, Vice-président, chef de groupe (079 395 23 85)
• Sophie Forster Carbonnier, députée à la commission fiscale (079 202 33 66)