A l’aube de 2020, la modification du code pénal visant à condamner la discrimination et l’incitation à la haine en raison de l’orientation sexuelle est décisive. L’enjeu de cette votation réside dans la concrétisation d’un nouveau pas en faveur d’une société suisse ouverte au changement. A ce titre, six jeunesses politiques appellent la population genevoise à voter OUI à cette modification le 9 février prochain.

Le 9 février prochain, la population suisse se prononcera sur la modification du code pénal visant à condamner la discrimination et l’incitation à la haine en raison de l’orientation sexuelle. Cette modification, combattue par un référendum lancé par les milieux conservateurs, doit être largement soutenue.

Considérant que :

  • La Suisse est un pays tolérant et respectueux envers les minorités
  • La dignité humaine doit être respectée et protégée (art. 7 de la Constitution fédérale) ;
  • Les jeunes lesbiennes, gays et bisexuel.le.s ont 2 à 5 fois plus de risques de se suicider que les jeunes hétérosexuel.le.s (source ‘Stop suicide’) ;
  • Les actes et déclarations publics favorables à la haine et à la discrimination négative doivent être punis par la loi ;
  • L’appel et l’incitation à la haine ne peuvent pas être considérés comme une quelconque liberté d’expression.

Les Jeunes vert-e-s (JVGe), la Jeunesse socialiste (JS), Jeunesse solidaire (SolidaritéS jeune), les Jeunes démocrates-chrétiens (JDC), les Jeunes vert’libéraux (JVlib’) et les Jeunes libéraux-radicaux (JLR) du canton de Genève appellent l’ensemble de la population genevoise à voter et faire voter OUI à la modification du code pénal le 9 février prochain.