Communiqué de presse

Frein brutal de l’offre des TPG

Régression pour la mobilité genevoise

Suite à la publication du rapport de gestion 2015 des TPG intervenue aujourd’hui, les Verts genevois regrettent vivement la baisse de 2.5% de l’offre des transports publics survenue entre 2014 et 2015. Après plus de 10 ans d’augmentation, l’année 2015 marque un virage néfaste pour les usagers et la population genevoise. Avec la croissance démographique en cours et l’augmentation possible des tarifs en décembre 2016, cette baisse des prestations est d’autant plus inacceptable. Face à cette situation, les Verts genevois estiment que seul un « OUI » à leur initiative « Pour des transports publics plus rapides » permettra au canton de Genève de revenir dans la bonne direction.

La nouvelle vient de tomber lors du point de presse du Conseil d’Etat d’aujourd’hui mercredi 27 avril: l’offre des transports publics genevois a diminué de 2,5% entre 2014 et 2015. Le Conseil d’Etat parle de « mesures d’efficience » qui sont dans les faits des réductions drastiques des trajets de certaines lignes de bus dans la campagne genevoise ainsi qu’une baisse générale de la cadence, notamment des trams. Les projets d’extension des lignes de tram vers Saint-Julien-en-Genevois ou Saint-Genis-Pouilly sont eux renvoyés aux calendes grecques. Après des années d’extension du réseau et de l’offre des TPG, l’année 2015 est à marquée d’une pierre noire.

Entre 2002 et 2014, l’offre des transports publics genevois a doublé, tout en restant en-deçà des besoins pour une population qui frise désormais le million d’habitants dans le Grand Genève. A l’instar d’autres grandes agglomérations telles que Bordeaux, Grenoble ou Bâle, le Canton de Genève s’était engagé sur la voie d’une mobilité durable, digne du 21ème siècle. Ce revirement abrupt risque de remettre en question ces avancées et va nécessairement inciter certains usagers à reprendre leur voiture. Quand on sait que la pollution routière est le plus grand contributeur à la pollution de l’air, qui provoque 3’500 à 4’000 décès prématurés par an en Suisse, et quand on sait que la circulation à Genève est déjà saturée, ce virage ne peut que susciter l’incompréhension et la colère. 

D’autant qu’une augmentation des tarifs est à l’ordre du jour du Grand Conseil, avec une mise en œuvre prévue à la fin de l’année 2016. Les Verts genevois jugent indéfendable cette hausse si elle n’est pas accompagnée d’un accroissement de l’offre. C’est pourquoi les Verts soutiendront une hausse de 10 millions de la subvention aux TPG.

Cette situation rend encore plus urgente la mise en œuvre de l’initiative des Verts genevois « Pour des transports publics plus rapides » qui sera soumise au vote le 5 juin prochain. Selon les enquêtes de satisfaction, la faible vitesse des transports publics est le second frein à leur utilisation avant même le coût. Avec une vitesse commerciale moyenne de 15,2km/h, la plus lente de Suisse, et accessoirement hors-la-loi, il est facilement compréhensible qu’une partie de la population genevoise délaisse les TPG. Cette initiative est donc indispensable pour contrer les velléités de ceux qui n’ont toujours pas compris qu’au 21ème siècle, les transports publics doivent être au cœur des stratégies de mobilité des régions en développement.

Les Verts genevois vous donnent rendez-vous le 5 juin prochain pour reprendre la voie d’une mobilité durable.

Contacts :

Mathias Buschbeck, Député, Commissaire des transports, 076 341 41 02

Nicolas Walder, Président des Verts genevois, 079 550 05 13